Accueil » Magasin » Historique

154 ans d'Histoire

1860 : Napoléon III est aux commandes de la France. Les familles Albéniz et Mahler accueillent leurs nouveaux-nés : Isaac et Gustav ! Puccini soufflait ses 2 bougies et Gabriel Fauré fêtait ses 15 ans ! C'est dans cette seconde moitié du 19 ème siècle que commence l'histoire de Gebelin. Elle est à ce jour l'une des plus anciennes entreprises françaises du commerce d'instruments de musique encore en activité. Une activité qui n'a cessé d'évoluer, de s'adapter et de progresser depuis près d'un siècle et demi.
Ancienne mais pas anachronique. De décennie en décennie, elle a su faire de la tradition musicale et technique, un formidable moteur qui la conduit encore aujourd'hui.

La légende (une des légendes, elles sont innombrables !) raconte que les Gebelino sont venus d'Italie avec les Papes à Avignon. Ce n'est que bien plus tard, en 1860 et à Avignon donc, qu'un Gebelin et son frère ouvrent le premier magasin « Atelier de Pianos ». Instrument très récent qui connaîtra jusqu'à récemment encore, de multiples évolutions technologiques directement issues de l'essor industriel et technique des époques traversées.

On peut imaginer cette première échoppe en avance sur son temps mais déjà entièrement consacrée à cet instrument qui ne faisait pas encore l'unanimité tant ses défauts de jeunesse pouvaient encore être présents. Les Gebelin comme nombre de facteurs (fabricants) de piano de l'époque, travaillaient en étroite collaboration avec les pianistes et artistes de l'époque. Peu à peu ils peaufinaient leur art autour de ce merveilleux instrument. Les grandes marques mondiales, déjà, protégeaient leurs innovations en brevets dont certains sont encore utilisés de nos jours. Steinway & Sons, Pleyel, Erard, Gaveau, pour ne citer que les plus connus, travaillaient avec les plus grands compositeurs et interprètes contemporains pour améliorer les instruments qui sortaient de leurs ateliers.

Franz Liszt notamment était connu pour sa technique spectaculaire qui mettait à mal les mécanismes encore fragiles de l'époque. Liszt qui par 2 fois s'est rendu et a joué dans la cité phocéenne, où d'ailleurs il a édité 12 de ses études pour piano. A plusieurs reprises il jouera sur des pianos Boisselot & Fils, prestigieuse marque marseillaise, dont l'un des exemplaires a été restauré par les ateliers de Gebelin et fait toujours partie de la collection de pianos anciens de la société. Mais revenons à notre histoire….

1864 : c'est l'ouverture du magasin de la Rue Saint Ferréol à Marseille. L'adresse sera désormais la même pendant 136 années ! jusqu'au déménagement dans le magasin actuel. Les deux frères artisans, étendent alors leur activité aux clavecins mais aussi aux livres et aux tableaux. Activités qui permettront de passer les caps difficiles des crises économiques et des conflits mondiaux. Assurant ainsi les subsides d'un métier parfois trop peu lucratif. C'est aussi là que les volontés de mécénat prendront forme et force dans l'esprit des successeurs. Animant ainsi leurs relations avec le milieu artistique dans son ensemble qui saura influencer, on peut l'imaginer, les orientations futures de la société.

Au lendemain de la 2de Guerre Mondiale, Juliette Gebelin est alors en charge de l'entreprise familiale, aidée dans cette passionnante tâche par ses deux filles Andrée et Simone. Cette dernière convole en juste noce avec un personnage hors du commun : Lanza Del Vasto. Après sa rencontre avec Gandhi en 1937, ce poète et philosophe pacifiste, n'aura de cesse de prôner la non-violence comme solution universelle. De leur union, va naître la première communauté non-violente, l'Arche. On peut s'en douter, l'art aura une part de choix dans leur esprit et tout ce qui pourra lui être favorable sera largement encouragé.
1966. Andrée et Simone Gebelin devant l'absence de repreneur familial, décident de confier les destinées de leur société, à l'un de leurs collaborateurs : Attilio Scotto. D'une famille de facteurs de piano, lui-même aguerri à cet art, elle trouvera en lui tout le cœur et la volonté qui ont guidé Gebelin à travers ce premier siècle déjà passé.
Personnage charismatique, il aura pour son entreprise toute l'ambition que peut motiver une passion. Au gré des déménagements des voisins, il agrandira la surface de son magasin. De scène en scène, il ira accorder, régler, harmoniser, peaufiner les pianos des plus grands artistes internationaux qui peu à peu lui accorderont une confiance toujours renouvelée. Toujours à l'écoute, il saura insuffler le feu à ses équipes. Fussent-elles techniques ou commerciales. Il sera à l'origine d'un des plus grands ateliers européens de réparations et restaurations de pianos.
Il crée et publie le premier magazine de l'actualité musicale de Marseille, LE PANORAMA MUSICAL. Jusqu'à 16000 exemplaires sortent périodiquement des rotatives pour le plaisir des mélomanes provençaux. Présent lors de tous les évènements musicaux de la ville et ses environs, il tisse des liens très forts et sincères avec ceux et celles qui les initient, organisent et y participent. La réputation de son sérieux, de la qualité de son travail, vont dépasser les frontières de l'hexagone, jusque dans les ateliers et bureaux d'études des grands fabricants internationaux. Il sera, avec son frère et d'autres amis facteurs de pianos, à l'origine d'une des rares écoles européennes de facture instrumentale, au Mans  : l'ITEMM. « Ce centre de formation est le fruit d'une histoire qui remonte au milieu des années 60 avec la mise en place d'actions de formation par les artisans du piano, afin de sauvegarder leur métier. Ces actions, prenant peu à peu de l'ampleur, amènent l'Education Nationale à créer en 1977 le premier diplôme spécifique de la facture instrumentale

Malheureusement cet essor est stoppé par la crise que traverse à la fin des années 80 l'univers du piano. Les difficultés sont à la mesure de l'effondrement du marché. Il faut prendre des décisions difficiles, revoir les infrastructures à la baisse pour sauver l'institution qu'est devenue Gebelin Planète Musique.

Epaulé par ses 2 fils, Danick et Frédéric, il suivra leur projet de développer d'autres activités, comme naguère, ses illustres prédécesseurs. Guitares et batteries entrent à la rue saint Ferréol, une première qui marque les esprits. Rapidement, toujours dans cette logique de passion, et malgré le départ à la retraite d'Attilio, la barre est redressée. Le rayon guitares devient l'un des plus important d'Europe et celui de la batterie fait désormais référence en province. Cela conduira d'ailleurs à Philippe Lalite patron de La Baguetterie Paris à confier aux deux frères le déménagement de l'enseigne locale de Fréjus à Marseille. Mission réussie, ils reprendront l'unique charge de Gebelin Planète Musique qui va bientôt entamer la plus importante mutation de son histoire.

En effet devant la demande de plus en plus exigeante, le magasin de la rue saint Ferréol ne suffit plus. Sa décoration, classée aux monuments historiques, doit être démontée après un terrible dégât des eaux. En 1985, neuf mois de travaux sont nécessaires au nouveau visage de GEBELIN alors encore uniquement spécialisé dans le piano. L'arrivée de nouveaux rayons, et malgré l'annexion de nouveaux locaux, impose un changement radical. GEBELIN, devenu Gebelin Musique, doit quitter le centre ville et trouver encore plus de plus.

C'est en mai 1999 que l'adresse est trouvée. Elle se devait d'être vaste et de pouvoir accueillir un parking. Commence alors une course contre la montre. Dans le plus grand des secrets, les travaux commencent. De démarches administratives en coup de pioche les semaines s'écoulent, avec leurs lots de bonnes et moins bonnes surprises. L'humeur de Danick et Frédéric passe alors de l'euphorie à l'angoisse la plus noire. La date d'inauguration est fixée au 8 janvier 2000. Il faudra que tout soit fin prêt. Ce fût le cas ! Vers 4h du matin de ce fameux 8 janvier 2000 ! Tout ? Pas tout à fait ! Reste la porte d'entrée qui refuse obstinément de se fermer ! Frédéric passera donc le reste de cette courte nuit, dans une providentielle housse molletonnée de clavier, transi de froid à tenter de ne pas s'endormir ! Son frère le réveillera au petit matin !


Voilà que Gebelin, puis Gebelin Musique est devenu Gebelin Planète Musique, au 27-29 boulevard Rabatau, dans les anciens locaux d'une concession automobile. Vaste et lumineux, ils ont pu être mis en valeur par le talent des architectes à qui la tâche a été confiée. 2000 m2 dédiés aux seuls instruments de musique et aux musiciens. 2000 m2 de passion, 2000 m2 d'émotion. 140 ans après l'ouverture de l'atelier d'Auguste Gebelin. Avec ce fameux fil rouge, celui d'une passion, celle des instruments de musique et de ceux qui la font : les musiciens.

 

 GEBELIN - Planète Musique © 2008 - 2014
27-29 boulevard Rabatau - 13008 Marseille - Tél. : 04 91 32 31 31 - contact@gebelinmusique.com